Du Stabat au Miserere

Bach et les Napolitains

Tilge, Höchster, meine Sünden  BWV 1083                                                                                                                                             

 

Lors de son séjour à la cour de Weimar de 1708 à 1717, Bach compose l’essentiel de son œuvre pour orgue et de sa musique religieuse. C’est aussi à ce moment qu’il découvre la musique italienne et notamment les concerti de Vivaldi. Bach s’y intéresse de très près et réalise de nombreuses transcriptions, comme en témoigne son adaptation du concerto pour quatre violons de Vivaldi RV 580 en concerto pour quatre clavecins BWV 1065 et d’autres concerti pour violon transcrits pour le clavecin ou pour l’orgue. Bach emprunte aussi pour les insérer dans ses propres compositions des thèmes de Legrenzi, Corelli, Albinoni, Bonporti, Frescobaldi…

Il ne cessera jamais de copier ou de faire copier par ses élèves la musique d’autres auteurs, pour des raisons pédagogiques certainement, mais aussi pour des raisons bien pratiques : varier le répertoire de ses églises tout en allégeant, vers la fin de sa vie, sa charge de travail pour les services religieux.

 

Dans les années 1740, Bach rend hommage à Pergolèse, le jeune musicien napolitain mort quelques années plus tôt, en reprenant la musique de son Stabat Mater. Cette œuvre maintenant célébrissime avait aussi connu un succès fulgurant dans toute l’Europe, dès sa création en 1736. Le Cantor de Leipzig remplace le texte latin du Stabat Mater par le texte luthérien du psaume 51 Tilge, Höchster, meine Sünden. Il modifie également la musique, développant considérablement la partie d’alto. Le contrepoint se densifie et laisse l’empreinte du génie allemand dans ce cadre italien.

Nous avons choisi d’intégrer à ce programme des œuvres d’autres napolitains connus de Bach : Durante, Scarlatti et Porpora. Ils ont tous été élèves ou professeurs au même conservatoire : le Conservatorio dei Poveri di Gesù Cristo.

 

PROGRAMME


 

Francesco DURANTE (1684-1755)

Concerto pour cordes n°1, en fa mineur

Poco andante – Allegro – Andante – Amoroso - Allegro

 

Johann Sebastian BACH (1685-1750)

Psaume 51 : Tilge, Höchster, meine Sünden, BWV 1083.

Versus 1 : Tilge, Höchster, meine Sünden

Versus 2 : Ist mein Herz in Missetaten

Versus 3 : Missetaten, die mich drücken

Versus 4 : Dich erzürnt mein Tun und Lassen

Versus 5 : Wer wird seine Schuld verneinen

Versus 6 : Sieh, ich bin in Sünd empfangen

Versus 7 : Sieh, Du willst die Wahrheit haben

Versus 8 : Wasche mich doch rein

Versus 9 : Lass mich Freud und Wonne spüren

 


PAUSE

 

 

Nicola PORPORA (1686-1768)

Sinfonia da camera op. 2 n°5, en mi mineur

Affettuoso – Allegro – Adagio - Giga : Allegro

 

Johann Sebastian BACH (1685-1750)

Psaume 51 : Tilge, Höchster, meine Sünden, BWV 1083

Versus 10 : Schaue nicht auf meine Sünden

Versus 11 : Öffne Lippen, Mund und Seele

 

Alessandro SCARLATTI (1660-1725)

Sinfonia a quattro senza cembalo, en do mineur

Andante : fuga - Largo : Grave-allegro - Minuet

 

Johann Sebastian BACH (1685-1750)

Psaume 51 : Tilge, Höchster, meine Sünden, BWV 1083.

Versus 12 : Denn Du willst kein Opfer haben

Versus 13 : Lass Dein Zion blüben dauren

Versus 14 : Amen

 

Please reload

© Copyright 2018  L'Escadron Volant de la Reine / Tous droits réservés 

 Mentions légales

The true lovers of italian music